S'identifier

S'inscrire

Après avoir créé un compte, vous serez en mesure de suivre votre statut de paiement, suivre la confirmation et vous pouvez également évaluer le voyage après l'avoir terminé.
Nom d'utilisateur *
Mot de passe*
Confirmez le mot de passe*
Prénom *
Nom de famille*
Email*
Téléphone *
Pays*
* La création d'un compte signifie que vous acceptez nos Conditions d'utilisation et notre Déclaration de confidentialité

Déjà membre?

S'identifier

S'identifier

S'inscrire

Après avoir créé un compte, vous serez en mesure de suivre votre statut de paiement, suivre la confirmation et vous pouvez également évaluer le voyage après l'avoir terminé.
Nom d'utilisateur *
Mot de passe*
Confirmez le mot de passe*
Prénom *
Nom de famille*
Email*
Téléphone *
Pays*
* La création d'un compte signifie que vous acceptez nos Conditions d'utilisation et notre Déclaration de confidentialité

Déjà membre?

S'identifier

Pourquoi il faut courir la veille d’une course !

Quand on se prépare pour un objectif, que ce soit un 20 km ou un 160 km, ça prend du temps, voire plusieurs mois… De longs mois, de plaisir mais aussi de souffrance, de doutes et de rêves…

Certains d’entres vous vont suivre un plan d’entraînement bien précis, d’autres vont plutôt le faire “au feeling”. Quelque soit votre préparation, se posera la question de “que dois-je faire les jours avant mon objectif?”

La majorité des coureurs vous dira qu’il faut se reposer, ne rien faire, que l’entraînement est fait… oui mais non !

 

Ce qui est certain, c’est qu’il NE FAUT PAS s’arrêter totalement !!

On vous explique pourquoi simplement.

 

Le corps s’habitue

Vous vous êtes donc entraîné plusieurs mois pour cet objectif, votre organisme s’est habitué à votre pratique, vous l’avez malmené, vous l’avez surpris à l’entraînement mais il a pris un rythme qui lui convient à merveille (dans la limite du raisonnable)…

Que ce soit 2 ou 6 entraînements par semaine, il est dans son rythme. Si vous vous arrêtez trop longtemps, votre organisme ne comprend pas ce qu’il se passe, c’est une question d’habitude comme toutes choses dans la vie.

Donc si vous vous arrêtez trop longtemps, votre corps sera d’abord surpris par ce repos mais il va s’habituer à ne rien faire… logique, c’est une belle machine !

Et c’est là que se pose le problème de beaucoup de coureurs qui s’arrêtent trop et qui ne font rien avant leur objectif : c’est le black out le jour de la course, le jour où vous n’avez pas de jambes, où vous êtes tout mou, où vous n’avez pas de jus…. Mais c’est NORMAL malheureusement (ou heureusement) : votre corps était habitué au repos et bimmm il reprend l’activité sportive par… votre objectif de l’année ! Aïe, il n’était plus habitué donc il n’arrive pas suivre… C’est dommage pour vous !! 

 

Rester actif les jours avant course

Pour ne pas avoir ce genre de trou noir, il faut donc rester en mouvement les jours d’avant.

  • Mais quoi faire et comment ?

Nous sommes tous différents et donc il y a autant de réponses que de coureurs. Cette remarque de nous/vous avance pas plus…OK !

Mais on peut bien sûr établir des “règles générales” qui marchent très bien et qui seront bien plus bénéfiques que de ne rien faire ou de trop faire :

  • Si vous vous entraînez 2 à 3 fois par semaine, vous pouvez rester sur 2 fois par semaine les 2 dernières semaines avant la course sans problème, mais vous devez diviser votre entraînement (la durée et le kilométrage) par 2 ou 3 selon votre fatigue.
  • Si vous vous entraînez 4 à 5 fois par semaine, vous pouvez faire 4 entraînements l’avant dernière semaine puis 3 entraînements la dernière semaine tout en divisant par 2 ou 3 aussi l’entraînement.

 

Un footing la veille

Très peu de coureurs le font mais ça devrait presque être obligatoire !!

Alors qu’on soit clair, il ne faut pas faire un footing de 1h ou 1h30, on est d’accord, mais 20 à 30 minutes, c’est très recommandé ! Pourquoi ?

Et bien, rappelez-vous du début de ce texte quand je vous disais que l’organisme est une machine qui s’adapte très vite à tout… si vous ne faite rien pendant plusieurs jours, il s’habituera à ne rien faire.

Alors il faut le tenir en éveille, lui dire que ce n’est pas l’heure du repos, que ce n’est pas pour tout de suite le glandage… ainsi il ne se dira pas « tient, je vais me mettre vraiment en veille ».

Et puis n’ayez PAS PEUR de ce footing la veille, avec tous les entraînements que vous vous êtes faits depuis des mois, ne me dites pas que c’est 30 min qui vont vous couper les jambes ou vous laisser des séquelles ?? Ou alors, c’est que vous n’avez rien glandé et donc que vous n’êtes pas prêts, tout simplement !

 

Alors, hop on galope la veille de course !!!

 

Par Frédéric Morand

Une question ?

N’hésite pas à nous contacter

+ 33 7 82 56 64 87

voyages@trailtheworld.org

Pourquoi partir avec nous ?

  • Equipe experte en Trail et voyages
  • Prise en charge de A à Z
  • Ambiance décontractée
  • Trails exotiques
  • Aventure authentique

Découvre nos Voyages

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Tu as une question ?

N’hésite pas à nous appeler et nous serons ravis de répondre à toutes tes interrogations.

+33 7 82 56 64 87

voyages@trailtheworld.fr

Trouves le voyage de tes rêves !

Nos prochains voyages