S'identifier

S'inscrire

Après avoir créé un compte, vous serez en mesure de suivre votre statut de paiement, suivre la confirmation et vous pouvez également évaluer le voyage après l'avoir terminé.
Nom d'utilisateur *
Mot de passe*
Confirmez le mot de passe*
Prénom *
Nom de famille*
Email*
Téléphone *
Pays*
* La création d'un compte signifie que vous acceptez nos Conditions d'utilisation et notre Déclaration de confidentialité

Déjà membre?

S'identifier

S'identifier

S'inscrire

Après avoir créé un compte, vous serez en mesure de suivre votre statut de paiement, suivre la confirmation et vous pouvez également évaluer le voyage après l'avoir terminé.
Nom d'utilisateur *
Mot de passe*
Confirmez le mot de passe*
Prénom *
Nom de famille*
Email*
Téléphone *
Pays*
* La création d'un compte signifie que vous acceptez nos Conditions d'utilisation et notre Déclaration de confidentialité

Déjà membre?

S'identifier

Retour sur la Transgrancanaria de Fred en 2016 !

Ça devait être un objectif à part entière, comment ça pourrait être autrement vu les chiffres de la course… mais depuis le tirage au sort de la Hardrock 100 aux USA est passé par là…

Cette TGC servira donc de préparation et mon objectif ajusté : il sera de simplement faire la balade, sans jamais trop forcer, ni me mettre dans le rouge (bon ça de toutes façons ça m’arrive jamais hihi), et surtout de finir en étant bien sans bobos et séquelles.

Pfiouuu que c’est dur de préparer un ultra tout début mars quand on habite en montagne… (non non je ne me plains pas !!). Depuis le début 2016, quasiment aucun jour de soleil, que du mauvais temps, et les montagnes enneigées, pas la motivation de faire de longues sorties. Beaucoup de tapis roulant (ce qui m’aura énormément aidé dans les montées d’ailleurs), et heureusement un weekend de 3 jours à Nice chez ma pote Marine où j’ai pu faire 105km et 4000m positif avec montagnes, du roulant, de la route et enfin sous le soleil et la (relative) chaleur… que ça fait du biennnnnnnnnn ! 

Je pars le dimanche 5 jours avant la course pour les vacs et l’acclimatation à la chaleur avec Gaétan et sa famille et Seb Chaigneau. 

Anecdote à la con mais importante : le lundi matin nous voilà partis pour un « footing » avec Gaet et Seb d’1h à presque 13 de moyenne, autant vous dire que…. J’étais au taqueeeet, pendant que les 2 zozos parlaient tranquillement. Je chope une putain de cloque sous la voute du pied gauche, à cause de chaussettes de merde dans mes HOKA… bordel de merdasse, ça commence bien ! Et j’ai bien mal en marchant les 2 jours suivants, humhum !! 

Compeed et bande autour du pied la veille de la course, ça va mieux mais quand je fais test remise des HOKA, je ne le sens pas du tout du tout !!! Et bein tanpi, je pars avec mes Mizuno Mujin avec lesquelles j’ai fait beaucoup de marche mais jamais trop couru… 

C’est partiiiiiiiiiiiiiiiii pour la navette à 20h le vendredi soir avec les copains John et Cédric qui m’ont rejoint la veille, mais aussi Jérémie que l’on « accompagne » avec « Trail The World » et notre Jean Michel Touron national qui nous fait toujours bien marrer comme il faut, ça fait du bien !!

Départ à la pointe nord-ouest de l’île sur le port de Las Nieves à 23h, il fait assez bon, il y a une ambiance sympa, beaucoup de monde (surtout les accompagnants de coureurs) et on se place dans les derniers… j’ai prévenu les gars : je pars dans les derniers très cool, à l’économie pour essayer d’être bien toute la course. 3-2-1 arriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiibaaaaaa

Après quelques dizaines de mètres de route, bim on attaque direct en montant. Comme prévu je marche cool et les gars s’éloignent devant… tanpi je n’essaye pas de suivre !! Il y a du vent et il ne fait pas super chaud du coup. Le serpentin de frontales rouges est joliiiii quand on regarde devant, et les lumières des frontales quand je regarde derrière… oh mais c’est qu’il n’y a pas grand monde derrière moi… Il se met même à tomber quelques gouttes de pluie… si siiiiiiiiiiiii, pffffffff la misèèèère, pourtant quelques minutes avant, on voyait le ciel étoilé. C’est quoi cette connerie. Bon allez, on continue, Jean-Mi est mythique avec sa perruque sur la tête, me rattrape et on fait un petit bout ensemble (souvenir Tor des géants, j’adoreeeee). Quand on lève la tête, on voit les frontales tellement hautes qu’on se demande comment c’est possible de monter ce muuur !! Ca ralenti assez souvent et on est souvent arrêté quelques secondes sur les passages un peu plus délicats… zennn patience, il y a le temps. On traverse quelques rivières et le sentier est assez humide. Une partie de l’île que je ne connaissais pas. Sur le faux plat montant en haut, Jean-Mi me double et part en courant.. Je garde mon rythme pépère et j’arrive au premier ravito Tamadaba en 2h10 (730ème) au km 10 et déjà 1300m positif de fait !

Le temps de manger un peu de jambon, des chips et de bien boire, hop je repars pour attaquer la première descente. Toujours à l’économie, de toute façon on est toujours en peloton et ça ralenti très souvent avec les gens qui ont du mal en descente, et parfois ça m’agace un peu.. mais zennnn Fred, le temps de perdu sera gagné par la suite… La descente se fait donc tranquille à la queue leu leu, hop hop, on arrive en bas, je prends le temps de remplir les gourdes et bien manger ! Et c’est repartiiiiit pour la 2ème grosse montée, je continue mon rythme serein, à l’aise, et je commence déjà à doubler pas mal de personnes, avec quelques-uns qui ont l’air au bout du rouleau… Quelques gouttes de pluie par ci, par-là, il fait assez froid. Je bois régulièrement, mais je mange rien entre les ravitos, je promène mes barres céréales, elles sont de la chance hihi !! 

J’arrive sur le « plateau » avec un profil plutôt vallonnée en haut et puis vite au ravito d’Altavista – km 27 en un peu plus de 6h, toujours bien… la suite est vallonnée et je gère toujours tranquillement.

Juste avant le ravito suivant dans la descente sur la route qui arrive dans la ville j’arrive à la hauteur de Roxane, content de la voir, on discute un peu.

On arrive ensemble au ravito d’Artenera dans le hall où j’aperçois les gars Cedric, John et Jérémie qui sont là prêt à répartir.. moi je vais prendre le temps de bien manger mes bananes, jambons, chips et….. bonbons…Tiptop pour le moral hihi !! je retrouve aussi Marco, un client du magasin qui est un peu malade, on discute un peu, ça fait du bien de croiser des gens qu’on connait !!!! Je m’équipe un peu plus chaud en ajoutant ma veste imperméable par-dessus la veste coupe-vent, je mets les gants aussi et je repars avec la capuche car il fait vraiment froid et il y a un bon vent… pfffff sympa les canaries !!!! 

Je maintien ma stratégie de ne pas courir sur le plat ni en montée, je suis toujours frais comme un gardon, j’ai pas le moindre mal de jambes ou quoi (heureusement vous me direz)! C’est un parcours un peu vallonné.. avec un enchaînement de montées descentes et faux plats.. j’ai un petit coup de pompe aux alentours de 6h du mat juste avant le lever de soleil, je m’endors presque en marchant, ça va durer peut être une trentaine de minutes mais je lutte pour rester éveillé.. bon et puis dès que le jour se lève, hop ça disparaît comme par magie youhouuuuu.. pas de lever de soleil forcément puisqu’on est sous les nuages.. c’est même parfois 2/3 gouttes de pluie qu’on reçoit sans jamais être vraiment des averses.. heureusement!! Le terrain est bien humide et parfois boueux.. c’est assez vert forcément vu qu’il fait régulièrement nuageux dans cette partie de l’île (les pauvres)… quand je regarde autour ça ne ressemble à rien aux canaries.. 

Je me croirai sur un simple single comme on peut en avoir chez nous en France… la misère !!!  après une petite montée de 300m me voici dans la descente en direction de Fontanales, avec 2/3 passages pentus mais qui ne durent jamais très longtemps..

J’arrive à Fontanales au km 42 en 9h de course, le jour est bien présent, je suis bien réveillé, il ne fait toujours pas beau, bon il ne pleut pu c’est déjà ça, ouffff !! J’ai encore remonté une cinquantaine de places.
On s’était dit avec Gaëtan que peut être je passerai avant le départ de sa course (le 81km qui partait d’ici) et qu’il me rattraperait…. et bein je passe 1h après son départ mouhaha, donc walou.. c’est con parce que j’aurai pu faire son lièvre !!! tanpi pour lui hihihi !!! Je suis toujours bien, et je continue tranquillement la même stratégie de marcher dans toutes les montées et le plat aussi… je marche entre 5 et 6 km/h sur le plat donc ça avance correctement et surtout je suis à l’économie. Ca vallonne jusqu’à Teror, il y a toujours un peu de vent et je n’ai pas super chaud patate…. je trouve vraiment cette partie moche..certes c’est bien plus vert qu’au sud et à l’ouest mais bon je n’ai pas du tout l’impression d’être aux Canaries… le mauvais temps y est forcément pour quelque chose.. bref ! Jusqu’à Teror je reste tranquille même si je suis au top et que j’aurais envie de courir plus et plus vite mais la montée annoncée après Teror semble longue et pas simple… J’y arrive en 11h30 de course, j’ai encore remonté plus de 40 places (putainnnn si ça continue je vais faire top 10 !!!), frais, nikel bien ! Je prends le temps de bien me ravitailler, les bananes et jambons passent trop bien, des chips aussi, une orange dont le goût est inconnu en France tellement elles sont bonnes ici. 

Je repars cool et bimmmm ça monte directas assez raide !! J’ai toujours un peu de mal dans les premières minutes d’une ascension quand je viens de faire une descente ou du plat, alors je tempère et ça va vite de mieux en mieux… Ça monte bien raide pendant un bon moment, je donne le rythme avec les bâtons. Parfois quand je double des coureurs, j’ai toujours un petit « allez », et ils essayent de me parler.. en espagnol… évidemment je ne comprends pas un mot alors je lance un « no espagnol » et ce qui est drôle c’est qu’il continue ou essaye de traduire mais toujours en espagnol…. alors je fais une tête de « je n’ai toujours pas comprit » en rigolant… et là on passe au langage des signes et là on arrive à comprendre l’idée… parfois (pas tout le temps) et donc je fais une « ah ouaiiiiiis » en rigolant et un signe pouce en l’air… même quand je n’ai strictement rien comprendas !! loool j’adoreee 🙂
La montée se fait plus cool, j’allonge les foulées, toujours en restant dans mon confort respiratoire, parce que le morandas ne se met jamaiiiiiiiiiiiiiiis dans le rouge, ni même l’orange, ni le jaune hahaha !! Mais je double toujours dans gens, c’est tellement bon pour le moral. J’arrive en haut et là c’est la bascuuuuuuuule vers le côté soleil et chaud, comment on prend une claque du paysage en regardant de l’autre côté, c’est trop bueno !! Encore 35 places de gagner… je suis loin de faire ça pour la place, mais savoir qu’on ne fait que remonter, en étant toujours nikel bien, c’est totalement motivant !! C’est Cruz de Tejada au km 66 où je suis en 14h24. 


Je bascule donc dans la descente vers Tejeda sous le soleil et la chaleur. Je reste équipé avec mon manche longue, coupe-vent + imperméable en me disant que j’enlèverais toussa au ravito. 

Ça descend bien, avec pas mal de passages techniques et pentus, où je double encore des coureurs qui marchent en descente. Il fait vraiment chaud en fait mais je ne m’arrête pas pour autant. J’arrive à Tejeda après fait le tour la ville et là je vais bien prendre mon temps. Je mange toujours les mêmes trucs qui passent bien : cocktail banane, jambon, cacahuète et de l’eau, je m’assois un peu et me change en mettant un tee shirt. Je repars après 15min de pause environ (un vrai glandeur!!). Pour attaquer la dernière grosse montée du parcours. Ça repart par de la route plutôt plate, je ne cours toujours pas sauf quand c’est en faux plat descendant et hop on attaque la montée. Elle est cool, à moitié à l’ombre et moitié au soleil, il fait enfin bon, je suis toujours bien. Il me faut mes quelques minutes de mise en route au début de la montée et après c’est partit. 

Je vais aller de plus en plus vite (enfin ne vous emballez pas, toujours en confort respiratoire et en marchant hein, faut pas abuser!!), mais c’est vrai que j’avance bien, et je pense que je n’ai jamais aussi bien avancé en montée que sur cette course. Je pense que toutes les séances sur tapis roulant à 20% de pente en marchant ont fait un énorme bien !! Je suis content !! On fait le tour du Roque Nublo par la droite, en terminant par un bon raidillon. Et arrivé en haut, il faut faire un aller-retour jusqu’au pied du rocher emblématique de l’île. Et sur le chemin, on croise des coureurs qui en reviennent forcément et là sur qui je tombe : John et Cédric !!! Je ne m’y attendais pas du tout, je les pensais bien plus loin devant. Je ne suis plus qu’à 5min d’eux.
Je continue mon aller, en prenant des photos de là-haut, c’est beau, soleil, vue sur l’île de Ténérife à gauche, je suiiiiiiiiiiis trop bien et content d’être là. 

Je bip ma puce et hop il faut repartir dans l’autre sens. C’est le km 79 et j’y suis en un poil plus de 17h de course avec encore une trentaine de places de gagner depuis le dernier pointage. En repartant dans l’autre sens, yihouuuuuuuuuu je me mets à courir sur les rochers biscornus comme un goyo limite en chantant, sans aucune douleur aux jambes, queeeeeel plaisiiiiiiiiiiiiiiiiiiiir, mais quel plaisir !!! Allez hop, on bifurque à gauche pour reprendre le sentier et descendre un peu en direction de Garanon, gros ravito. 

On passe par un barrage et là qui j’entends au bout du barrage : John et Cédric qui sont là et m’attendent. Troooooooooop cool de revoir les gars. Cédric est bien, et John semble un peu plus marqué (premier ultra pour lui), plus mentalement que physiquement. Et bien c’est partiiiiiiiiiiiiiiiiiiie pour un bon bout tous les 3 !! On arrive vite au ravito au 82ème km, où on va prendre le temps de manger assis, c’est le seul ravito où il y a du chaud à manger, et donc un bon petit plat de pâtes ne fait pas de mal, hummmm mais aussi des bonbons !!! alors hop un petit gobelet de bonbons, ça passe crème, je peux vous le dire, bon ou pas pour la course, je me contrefiche royalement, mais pour le moral c’est du 100% « vas y mange et goinfre toi mon petit ». 

On retrouve aussi notre sac amené par l’organisation ici… c’est une aubaine, je vais pouvoir me libérer de tous les trucs à la con que j’ai emmené : genre une douzaine de barres céréales, j’en ai pas mangé une seule !!!!!! Mais aussi une batterie externe et le câble USB de ma montre au cas où. Evidemment ça n’a pas servi… J’adoreeeeeeeeee porter plein de trucs qui ne servent à rien hihihi GRRRR pffffff !!!! Bon, le soleil descend bien, il est 17h30, et on est à la limite entre le soleil et le brouillard, plutôt côté brouillard…
En allant remplir les gourdes dehors, pfiouuuuu je me rends compte qu’il ne fait vraiment pu très chaud… 
Alors on se rééquipe, je mets un nouveau tee shirt manches longues, mon coupe-vent et la veste imperméable… et là quand on sort, je suis frigorifiéééééééé, mais un truc de fouuuu, en plus je dois m’arrêter faire un besoin cacatoire… Mais j’attends un peu de me réchauffer parce que là je trembleeeeeeeee !! et les gars aussi…
Bon pas pour très longtemps puisque de suite, ça va vite monter et monter un vrai mur, tout droit dans le pentu, hop hop ça rigole pas !! bon heureusement ce n’est pas très long. On serpente un peu puis on arrive assez vite au point culminant de la course et de l’île au Pico de Las Nieves à quelques 1940m. 

Et là, j’ai la surprise de retrouver 2 copines qui nous attendent : Meghan et Laura !! Ça fait trop plaisiiiiiiiiir, elles attendent dans le froid à la limite du soleil et du nuage…. On prend le temps de s’arrêter de discuter, de faire des photos, des vidéos, du glandageeeee en mode touristas !! On est content, sur le profil il reste que 40km de descente avec 2 petites bosses certes…. 
On est au sommet au km 84 en à peine plus de 19h de course. Le spectacle est beau, avec la mer de nuage et la vue sur Ténérife, wowwwww beautiful !! 

Bon bon c’est pas le tout mais il faut bien redescendre… allez c’est partie !! on court sur cette partie descendante, c’est technique mais ça passe assez bien, je suis bien bien encore, toujours que du plaisir. Je reconnais la partie que j’avais faite en Rando au mois de janvier, puis hop on bifurque à gauche, on se retrouve sur un sentier aménagé par des maçons bourrés et aveugles avec des cailloux-dalles irréguliers, mais bon ça descend encore correctement. 


C’est l’heure du coucher de soleil et l’attaque de la 2ème nuit… C’est là que les choses vont devenir longues, mais longuuuuuuuuuuuuuuuues !!! Le terrain est très caillouteux et les parties « sentiers cool sans rien » quasi invisible… C’est difficile pour John, on essaye de le soutenir comme on peut mais c’est délicat !! Je commence à me dire que cette fin sera longue, les panneaux tous les 5 km qui indiquent le kilométrage qui reste…. et ce sont des 5km qui durent 10 à 12 km à mon aviiiiiiiiiiiiiis bouarf bouarf !! 
Il fait bien noir, on ne voit aucune lumière au loin, mais où est ce putainnnnnnnnnnnnn de ravito ???? Quand on voit les lumières, ça paraît encore tellement loin, c’est horrible !!
On arrive à Tunte au km 95 après 21h de course et 2h après le sommet et presque que de la descente, 10km en 2h de descente….. ça vous fait le topo sur notre moyenne et sur le terrain difficilement courable sur lequel on est…. heureusement, on ne connait pas encore la suite !! 

On ne prend pas beaucoup de temps pour le ravito, le rituel est le même, banane, jambon, chips, il fait chaud, il n’y a pas de vent, on pourrait presque être en tee shirt, mais j’ai la flemme d’enlever ma veste !! On repart par un faux plat montant d’abord, la remise en route est de plus en plus difficile mais je suis toujours relativement bien. On soutient John comme on peut qui commence à avoir les releveurs de pieds qui grincent, aie aie aie !! On s’attendait à une bosse de 250m/300m, ça monte vraiment pas très raide… et on voit les frontales en haut au loin, pfiouuuu c’est loinnnnnnn !! Mais c’est bon d’être en montée et de ne pas galérer avec les cailloux à la con de la descente !!!!
Vu que ça n’est pas hyper pentu, du coup, on ne prend pas vite du dénivelé, mais c’est pas grave, au moins on est tranquilou !! On arrive à un virage à droite et en fait on se rend compte qu’il y a pas 300m positif mais qu’on va faire presque 500m vu les frontales qui sont encore bien hautes…. pfffff allez allez on se motive ! 

Une fois en haut, il faut descendreeeeeeeeeee, c’est partiiiiiiiiiiiiiiiiiiie !! Beaucoup beaucoup de parties techniques encore où on ne court pas beaucoup, presque pas d’ailleurs.
Le temps commence à être long, trèèès long !! Mais il y a un truc que j’ai bien réussi à faire, c’est de déconnecter le cerveau et les pensées… je n’entends que le bruit de mes bâtons ou de mes pieds au sol. Et heureusement que les gars sont là, on peut se parler !! J’ai des passages où mes yeux commencent à se croiser d’endormissement hihi, et j’ai des débuts d’hallucination, certes assez rares mais sur quelques clignements d’yeux je vois des trucs qui bougent au sol !! houhouuuuuuuuuuuu me revoici dans un monde parallèle !! 

Même situation qu’avant le dernier ravito : il fait nuit noir, on ne voit aucun point lumineux nulle part, c’est un truuuuc de fou… mais où va-t-on ?? Hop petit panneau 25km de l’arrivée qui te met une claque dans la gueule !!! C’est pas loin, mais avec un terrain comme ça en marchant, et bein ça veut dire encore 4 ou 5h de galère !! pffffff
J’avoue que là je commence à en avoir un peu marre, heureusement que j’arrive à décrocher mon cerveau un peu. On voit enfin des lumières au loin et on arrive à Ayagaurès au km 107 en tout pile 24h de course. On décide avec les gars de ne pas s’arrêter trop longtemps parce que c’est difficile de repartir après… on mange 2-3 conneries et on remplit les gourdes et zoubida !! Nous sommes à 19km de l’arrivée, encore un panneau horrible… une petite montée avant de descendre progressivement jusqu’à l’arrivée… on ne sait pas encore dans quelles conditions…..
Wouennnn là dès la sortie du ravito on se tape un putain de montée raide sur quelques dizaines de mètre dans la ville, ça piquotte un peu et je commence à fatiguer musculairement… je suis derrière les gars depuis un moment presque depuis le début de la descente.
C’est toujours plus agréable de monter sur route en ville que les descentes de fous… Allez hop petite bascule et c’est repartiiiiiiiiiiiiiiit pour un long faux plat descendant jusqu’à l’arrivée… Sur un faux plat descendant, on voit un mec au loin complètement mort de fatigue, le gars titube de fou, allant de droite à gauche, se rattrapant de la chute toutes les 2 secondes, pas bon !! Cédric engage la conversation avec lui en lui disant qu’il serait bien qu’il dorme quelques minutes, le gars répond totalement à côté avec une réponse qui n’a rien à voir, Cédric insiste, mais le gars dit « ok ok it’s ok » bon ok, alors ciaoooo. 

On attaque une partie assez pentue mais qui descend encore bien malgré quelques cailloux et puis là on se retrouve dans un lit de rivière, asséché depuis des années forcément…. et qu’avec pleins pleins pleins de caillouuuuuux, mais pas des petits, ils sont en forme de gros galets, il y en a partout… c’est en faux-plat descendant… mais plus plat que descendant.. et ça va être ce terrain de galet pendant une dizaine de km… à 5km/h, vous faites les comptes : 2h d’enfer pour les pieds qui chauffent, 2h de le noir, sans voir la fin du canyon dans lequel on est, horrible horrible cette partiiiiiiiiiiiiiiiiiie de merdasse !!! grrrrrrrrrrrrrrr j’en peux plus, les gars non plus je crois !! j’en peux plus, on ne va jamais arriver !!!!!!! Interminable comme jamais, c’est un truc de fouuuuuuuuuuuuuu fou fouuuu de bordel de merde !!! oups désolé je m’emporte, mais c’est ma pensée du moment !!

 J’essaye toujours de détacher ma pensée pour ne penser à rien justement, mais c’est difficile.. on voit quelques lumières au fond au bout d’un long moment, mais on est pas encore sortie de ce merdier… ça n’en finit pas des galets, stop stop stooop !! On essaye d’alterner quelques pas en courant (à grande vitesse entre 6 et 7 km/h grand max, waaaaaaaa), et beaucoup de marche, histoire d’essayer d’en terminer plus vite…
Enfin on arrive au bout, au bout du rouleau.. nous voici sur une large piste de 4×4 en faux-plat descendant mais surtout sans galets ni cailloux, juste rien !! incroyable comme c’est bon ! 
Les lumières sont là, il reste moins de 5 km, ça sent la fin, enfin ! John relance souvent en courant car les releveurs lui font moins mal en courant.. On passe dans le fameux canal immense où pas une goutte d’eau n’a dû couler depuis des années…. puis on remonte sur la route qu’on connait et on finit sur la piste cyclable… cette fois on va marcher jusqu’à l’arrivée, voici le panneau soulagement 1 km de l’arrivée…. dernier aller-retour et ligne droite à 3 pour franchir cette ligne d’arrivée ensemble après 27h55 – 125 km et 7000m de dénivelé positif. Le bonheur d’une ligne partagée, c’est coooooooooool !! 

Content, très content, très très content de ce que j’ai fait… l’objectif du départ est réalisé… arriver au bout sans séquelle visible, après avoir fait presque que doubler durant toute la course, en ayant pris énormément de plaisir (hormis sur cette fin horrible), et surtout en partageant un tiers de course et une arrivée avec les copains John et Cédric !!
On retrouve Laetitia, Jérémie et le Jean-Mi national qui sont là, on mange un bout et hooop douche et dodoooooo 🙂 

 

Merci à vous tous pour votre soutien, vos messages avant, pendant, après la course, c’est toujours sympa et ça motive toujours plus surtout quand on les lit en course.

 »

Si vous voulez, les inscriptions sont ouvertes pour 2019 et on vous y emmène : CLIQUEZ ICI



Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Trouves le voyage de tes rêves !

Nos prochains voyages